Posts tagged ‘couple’

avril 26, 2012

La peur de l’engagement version féminine

par meriza joly

On connait tous des femmes qui semblent avoir  tout ce qu’il faut pour être en relation mais qui sont  célibataires depuis fort longtemps. Elles ne manquent pas d’occasions, elles ont un ami intime mais rarement une relation stable. Quand elles font une nouvelle rencontre, la passion et les frissons sont au rendez-vous mais l’histoire se termine souvent avec un: « Oui, mais…»

La peur de l’engagement:  version rose

En général, dans la croyance populaire, les hommes ont peur de l’engagement et  les femmes  recherchent toujours une relation sécurisante, stable et sérieuse. L’anthropologie nous dit même que puisque la femme porte et prend soin des enfants, sa meilleure stratégie de survie sera toujours l’engagement. Quand une femme est seule depuis longtemps, on se demande ce qui cloche chez elle et avec le temps,  c’est elle-même qui se pose cette question.

Pourquoi les femmes ont peur de l’engagement?

La peur de l’engagement peut provenir d’expériences antérieures douloureuses:

  • Le divorce difficile des parents;
  • Une rupture qui s’est mal terminée;
  • Une relation antérieures empreintes de violences;
  • Un problème de santé physique: dyspareunie (douleur au niveau de la vulve lors de la pénétration), une ITSS (Infection Transmissible Sexuellement et par le Sang) qu’on a pas envie de révéler comme l’herpès;
  • Un viol ou de l’inceste dans l’enfance qui compliquent la sexualité;
  • La peur d’avoir mal, d’être abusée, trompée;
  • Etc.

Quand la peur de l’engagement est un automatisme inconscient, elle peut se manifester sournoisement de plusieurs façons:

L’auto-sabotage et les manifestations de la peur de l’engagement:

  • Auto-sabotage amoureux  version féminine: s’inventer un idéal parfait qui n’existe pas;
  • Repousser les prospects ou le nouvel amoureux, en se plaignant ou en étant franchement désagréable;
  • Perte de la libido: pour éviter d’être vulnérable, pour se protéger;
  • Auto-sabotage en négligeant son apparence, son poids : l’image de soi devient négative et la personne ne se sent plus désirable;
  • Repousser l’autre pour: protéger ses habitudes, ses secrets et ses manies;
  • Ne pas s’investir en manifestant peu d’intérêt à l’autre;
  • En ne portant attention que sur les aspects négatifs de l’autre;
  • Etc.

L’auto-sabotage peut aussi provenir des divers messages véhiculés dans la publicité. En effet, si on suit les messages publicitaire, nous, les consommateurs sommes des êtres qui ne méritons que ce qu’il y a de mieux.  On ne devrait pas se contenter de miettes ou de demies-mesures. L’autre devrait être toujours prêt et l’intolérance à l’imperfection est devenue légitime. Le «Je le mérite bien!» n’est plus un but à atteindre, mais une loi à respecter. Ce que j’exige n’est rien de moins que le meilleur.

Plusieurs mythes concernant les relations amoureuses parsèment d’embûches la recherche amoureuse. L’idée que si l’amour véritable existe dans un couple:

  • Il n’y a pas de conflits;
  • La sexualité est  facile et satisfaisante instinctivement;
  • Je n’ai pas besoin de demander ou d’expliquer rien, on se comprend à merveille.

Il est bon de se questionner à savoir si on n’entretiendrait pas une vision irréaliste de l’amour. La peur de l’engagement est reliée de près à la peur de l’intimité, à la peur de montrer ses imperfections ou ses vulnérabilités. Être intime, c’est aussi montrer son humanité.

Malgré cette peur bleue de l’engagement, les besoins affectifs et les besoins sexuels des femmes ne disparaissent pas pour autant. Une femme peut avoir peur de l’engagement et avoir des envies et des pulsions sexuelles normales.  Pour certaines, la recherche constante de nouveaux partenaires offre un moyen efficace pour éviter la détresse que peut causer la peur de l’engagement  et permettre un semblant de vie amoureuse socialement acceptable. Cependant, la multiplication des aventures comme antidote à la phobie de l’engagement ne comblera jamais les besoins affectifs profonds.

La base de l’intimité sous-tend l’ouverture et la révélation de soi. Cet enjeu minimal peut se révéler être un facteur anxiogène extrême.  Reconnaître ses peurs reliées à l’engagement et accepter qu’il y ait une période d’inconfort en début de relation est le premier pas à franchir.  Perdre ses repères habituels est un exercice périlleux mais nécessaire pour passer à un engagement profond et durable.

Là où jadis la femme érotisait  le mystère, l’inconnu, la nouveauté et à la limite le danger, elle doit trouver de nouvelles façons d’investir érotiquement son partenaire amoureux. Érotiser l’amour, la stabilité et le quotidien amoureux. Reconnaître sa fragilité et se rappeler que l’engagement, on le fait à soi-même  avant tout.

Mériza Joly   M.A.
Sexologue Psychothérapeute

Publicités
janvier 4, 2012

Qui fréquente les sites de rencontres en ligne? 3e partie

par meriza joly

Nous voici maintenant arrivé à la 3ième et dernière partie la série Rencontres en ligne. La 1ière parlait du phénomène des rencontres en ligne. La 2ième, de la façon dont les gens se présentent pour plaire et la 3ième et dernière porte sur l’étiquette des rencontres en ligne mais aussi des règles élémentaires de prudence à adopter.

*Étiquette*Bonnes manières*Règles d’Or*

En cherchant un peu on trouve rapidement une panoplie de conseils et façons de faire lorsqu’on cherche à rencontrer l’amour sur le Web. Selon votre personnalité,  vous serez  à l’aise avec certains conseils et pas avec d’autres. Prenez ce qui vous convient et laissez tomber le reste.

Voici un recueil de bons conseils que j’ai trouvé agrémenté de petits extra de mon cru. Bonne lecture!

A) Messieurs, lorsque vous abordez une femme sur le web, évitez à tout prix les: «Tu veux chatter?» ou «T’es ben belle!» sans rien d’autres. Quand on ne connaît pas une personne, se faire aborder de la sorte ne donne pas de matière pour commencer une conversation. Si vous êtes assez courageux pour aborder la femme, lisez sa fiche de présentation, personnalisez votre première approche, allez-y avec «Tu fais de la voile?», «J’ai lu sur ta fiche que…» suivi d’une petite anecdote et d’une invitation à venir voir votre fiche et à vous revenir. N’oubliez pas que les femmes se font aborder énormément sur la toile, vous devez vous démarquer du lot en rendant l’échange facile et convivial.

 A sollicite B et B n’est pas intéressé: 2 choix s’offrent à vous:

1. Vous n’êtes pas intéressé alors pourquoi écrire et donner une réponse négative? Pas de réponse = une réponse

2. Vous n’êtes pas intéressé mais vous répondez. Inutile d’inventer des histoires qui n’en finissent plus ou d’être rude. Un merci mais vous habitez trop loin,  j’ai déjà commencé à correspondre avec quelqu’un, je les aime plus bedonnant, etc. est acceptable.

Comment composer avec un refus?

On ne peut pas plaire à tout le monde. Un refus est un refus pas un rejet de votre personne. Retourner un message  de bêtises  ne donnera pas une bonne image de vous et ce n’est pas très mature non plus. Gardez la tête haute, le cœur léger et continuez  à chercher.

Dans le monde virtuel, c’est ok de clavarder avec plus d’une personne à la fois. Échanger sur le net ne vous oblige à rien et il est fréquent qu’après quelques échanges intéressants, la correspondance s’arrête. Lorsque l’échange est demeuré virtuel, on ne doit pas s’offusquer si tout arrête d’un coup. Par-contre, si vous sortez du virtuel et rencontrez la personne une fois ou deux et que ça ne clic pas, la moindre des courtoisies est d’envoyer un petit message mentionnant qu’après cette rencontre, vous réalisez que vos buts sont trop différents et que vous préférez arrêter là, bonne chance  dans vos recherches, etc.  Si vous vous êtes rencontré plus de trois fois, il serait peut-être plus chic d’annoncer votre intention de cesser les fréquentations en personne.

Si la rencontre ne provoque pas d’étincelles ou ne se déroule pas à votre goût, restez discret, n’allez surtout pas vous plaindre sur le forum du site de rencontre en nommant le nom de la personne!  En  criant haut et fort votre déception, vous éloignez peut-être un partenaire intéressant et surtout vous ne donnez pas une image de vous très reluisante. À moins d’avoir vécu un épisode de violence, soyez bon joueur et continuez votre recherche le cœur léger et souriez!

Ça y est, vous avez un rendez-vous! Chouette!

Mesdames: Il est important pour les femmes d’avoir certaines informations sur la personne que vous allez rencontrer. Soyez prudente, informez une connaissance de ce rendez-vous: endroit, heure, nom du prospect réel et virtuel, courriel, numéro de cellulaire, où il travaille, bref, le plus d’information possible pour le retracer. Demandez à votre ami-e de vous appeler au milieu de cette rencontre et convenez d’un code pour dire que tout est ok. Appelez-là aussi lorsque le rendez-vous sera terminé. N’oubliez pas d’avoir des condoms sur vous au cas où la passion vous gagnerait. Habillez vous de bon goût en évitant peut-être les décolletés trop profonds. Certains hommes pourraient avoir beaucoup de difficulté à avoir un discours cohérent face à votre beauté toute offerte ou au pire, on ne sait jamais, s’il ne vous plaît pas vous n’aurez peut-être pas envie qu’il souffre d’incapacité à contrôler son regard.

Messieurs: Vous attendiez ce moment avec impatience alors vous voulez mettre les chances de votre côté.  Soyez ponctuel, galant et propre. Il est préférable de passer sous la douche afin d’être à votre meilleur lors de cette rencontre. La première impression est importante. Comme je le mentionnais dans mon article #2, les gens passent en moyenne 12 heures par semaine sur les sites de rencontre, ne bâclez surtout pas ce moment important. N’oubliez d’amener des condoms, vous ne voudriez pas être pris au dépourvu.

***

Lors d’une première rencontre, abstenez vous de transformer une rencontre légère en interrogatoire  policier, restez cool, relax. Évitez de parler de vos ex, de politique, de vos innombrables possessions matérielles, de pension alimentaire, de vos mésaventures fâcheuses avec les autres pas fins ou pas fines de ce monde. Parlez moins, écoutez plus et souriez davantage!

Soyez attentifs, si vous avez tendance à boire plus vite quand vous êtes nerveux ou stressé, vous ne voudriez pas être déplacé, dire des conneries ou devenir trop envahissant. Si la chimie vous emporte tous les deux et que vous passez la nuit ensemble, assurez vous d’utiliser les condoms que vous avez bien sûr, toujours en réserve avec vous. Respirez, soyez zen et souriez!

***

Oui! c’est la bonne personne et vous décidez de vous donner une chance. Toutes mes félicitations!

Quoi faire avec sa fiche?

Vous garder disponible sur un site de rencontre n’est pas une bonne idée. Vous voulez mettre les chances de votre côté et fermer la porte à la tentation. Vous ne voulez pas l’effacer complètement? Indiquez clairement que vous avez commencé à fréquenter une personne extraordinaire et que vous vous concentrez sur votre projet amoureux. Discutez avec votre nouveau partenaire de ce sujet et essayez d’arriver à une attente qui vous satisfasse tout les deux. Les débuts de couples sont un moment très exaltant  et il ne faut pas hésiter à mettre ses limites quand il le faut.

Être sur un site de rencontre en ligne est assez particulier. Il est facile de mettre des belles photos de soi, d’écrire une bonne fiche et d’avoir beaucoup de messages. Toute l’attention reçue  peut «provoquer de la dépendance». Si vous êtes en ligne depuis quelques années et que vous avez l’impression de tourner en rond et de ne jamais rencontrer la bonne personne peut-être qu’une petite mise au point amoureuse serait indiquée. N’hésitez pas à consulter.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire et je reviendrai sur le sujet par-ci, par-là. Soyez à l’aise de poser des questions, donner vos commentaires ou me faire des suggestions.

À bientôt,

Mériza

Étiquettes : ,
décembre 5, 2011

Êtes-vous vraiment obsédé?

par meriza joly

La différence de désir

Dans un couple, il arrive que les deux partenaires n’aient pas envie de faire l’amour à la  même fréquence. Si l’un aimerait ça une fois par jour, l’autre partenaire aimerait mieux une fois par semaine.  Quand l’écart est encore plus grand entre les deux partenaires, des mots tels que jamais, toujours, obsédé, etc commencent à se faire entendre. Pour Helen Singer Kaplan* (1995)  le désir sexuel se situe sur un continuum.  De l’hypersexualité à l’aversion sexuelle, elle nous donne une  idée quant aux différentes intensités de désirs possible chez une personne.

Le continuum du désir comporte 6 niveaux:

1. Le désir sexuel hyperactif

2. Le désir sexuel normal élevé

3. Le désir sexuel normal bas

4. Le désir sexuel hypoactif léger

5. Le désir sexuel hypoactif sévère

6. L’aversion sexuelle, la phobie sexuelle

Dans cet article, je mettrai en perspective 3 niveaux de désirs: l’hypersexualité, les désirs sexuels normaux-élevés et le désir sexuel hypoactif.

Premièrement, Kaplan décrit l’hypersexualité comme «un dérèglement ou un manque de contrôle sur la motivation sexuelle». Les hyperactifs sexuels ont des rapports sexuels fréquemment, ils ont souvent plusieurs orgasmes par jour. Ils ont des fantaisies, des pensées sexuelles au point où elles peuvent interférer avec leur fonctionnement au travail ou dans leurs relations. Ils répondent à un vaste éventail de stimuli et de partenaires. Cette envie pressante de sexualité peut se faire sentir à tout moment et même en l’absence de partenaire ou de stimulus extérieur. Les personnes aux prises avec un désordre d’hyperactivité sexuelle considèrent le sexe comme extrêmement plaisant et l’activité sexuelle procure en soi une amélioration des humeurs. La présence de leur envie est si forte qu’ils chercheront à l’assouvir. Dû à leur incapacité de contrôle et dû au besoin impératif d’épancher leur soif inextinguible, ils trouveront l’assouvissement de leur hyper désir sans qu’aucune autre activité inhérente à la vie en société ne puisse avoir une quelconque importance, c’est-à-dire au détriment de leur travail, de leur famille et de leur santé. Lorsqu’ils tentent d’arrêter leur comportement, ils deviennent tendus, anxieux et dysphoriques. Ils retournent alors à leur recherche active de partenaires sexuels. Après une activité sexuelle, les hypersexuels peuvent souvent en redemander à leur partenaire ce qui peut devenir, à la longue, problématique dans le couple.

Les désirs sexuels élevés-normaux: La personne expérimente des désirs et des fantaisies sexuelles spontanées. Elle manifeste un comportement sexuel proactif en initiant les relations sexuelles. La fréquence des relations sexuelles est élevée.Les besoins sexuels sont intenses et spontanés. Les hommes et les femmes qui n’ont pas de conflit sexuel manipulent instinctivement les stimuli psychosexuels afin d’actualiser une rencontre érotique. Une personne tend à accentuer les aspects positifs chez l’autre, à l’idéaliser lorsqu’il se trouve face à la bonne personne, au bon endroit et au bon moment. Parallèlement, il tait les stimuli qui tenteraient d’amoindrir ou de tuer son désir.L’amoureuse se prépare en anticipant sa rencontre avec plaisir et elle fantasme sur les joies érotiques qui en découleront.
Les individus aux prises avec un désordre hyposexuel auraient tendance à mettre l’emphase sur les aspects négatifs d’une rencontre érotique. À moins d’un désordre neurochimique clinique, on retrouve chez les hyposexuels une pratique qui consiste à ne voir que les aspects négatifs chez l’autre ce qui contribue à empêcher une vision excitante et invitante de l’autre. La rencontre érotique est alors perçue comme un désavantage, une menace au bien-être. Cette vision psychosomatique tient pour fait que les mécanismes du désir sexuel sont sensibles tant aux facteurs biologiques qu’aux stresseurs psychologiques.
La différence entre les individus vivant de l’hypersexualité ou des désirs sexuels élevés se trouve dans le contrôle de leur pulsion. Les gens qui ont des désirs sexuels élevés ont une attitude proactive face à la recherche de plaisir sexuels. Ils ont des activités sexuelles similaires aux hypersexuels en terme de fréquence, de quantité, de difficulté à se concentrer dans leur activités lors des montée de désir mais aussi en terme de frustration lorsqu’ils ne trouvent pas d’exutoire à leur désir. Toutefois, ils sont en mesure de faire la différence lorsque l’activité sexuelle est inappropriée ou serait à leur désavantage. La plus importante des distinctions entre l’hypersexuelle et la personne chez qui la sexualité occupe une place de choix est que cette dernière ne vit pas de détresse par-rapport à sa condition et son conjoint non plus. L’intense vie sexuelle dont ils sont porteurs tend à être une source d’enrichissement à leur vie de couple et à leur vie amoureuse.

Avis aux couples: Si vous êtes dans une relation et que vous êtes déçu-e de la fréquence de vos relations sexuelles, ne vous découragez pas. Plusieurs facteurs influencent le désir sexuel chez une personne et dans un couple. Avant d’abandonner le navire, sachez que cette situation se traite en sexologie. Peut-être pourriez-vous aborder l’idée d’aller consulter avec votre partenaire? Une sexologue peut vous guider et vous aider à discuter de sujets  intimes ensemble. Trop souvent lorsque le couple parle de ces sujets plus délicats, les deux se retrouvent sur la défensive et n’arrivent pas à s’exprimer totalement. Une autre tendance chez les couples est d’espérer que la situation s’améliore d’elle-même. Malheureusement, ça ne fonctionne pas toujours…

*Kaplan, Helen S. The sexual desire disorders. New-York, 1995, 332 p.

Étiquettes : ,
%d blogueurs aiment cette page :