Archive for ‘séduction’

décembre 2, 2013

« Un éléphant dans le salon »: 5 problèmes de couples

par meriza joly

Connaissez vous l’expression: « Un éléphant dans le salon »?

« Un éléphant dans le salon » est une métaphore qui représente un problème dont on préfère ignorer l’existence ou une difficulté évidente dont on ne veut pas discuter.

gros elephant

Aborder un sujet délicat peut être une source de stress importante chez certaines personnes entraînant parfois des débordements émotifs. L’art de savoir discuter de son intimité entre partenaires amoureux demande une bonne dose d’honnêteté, de vulnérabilité , de courage et de maturité.

Que vous-même ou votre tendre moitié soyez pointilleux, susceptible, soupe-au-lait ou les trois à la fois, n’oubliez pas qu’aborder un sujet délicat démontre votre bonne volonté à faire fonctionner votre relation.

Pour commencer, très peu de gens apprécient se faire accuser, critiquer ou dénigrer. Avant d’aborder un sujet délicat, faites votre petit examen de conscience…Assumez et reconnaissez votre responsabilité dans la situation. Tout n’est pas gagné mais ce simple bout de chemin vous permettra de prendre une approche moins réactionnelle avec l’autre. Ne voyez pas ces discussions nécessaires comme une lutte où vous devez gagner  mais comme une occasion de grandir ensemble.

Lorsque les couples se présentent en thérapie, le thérapeute a une vision plus globale des difficultés du couple et les responsabilités de chacun dans la résolution des conflits sont parfois surprenantes! Voici quelques exemples de situations que je rencontre fréquemment et qui pourraient vous servir lorsque vous souhaitez aborder des sujets plus épineux…

La différence de désir: Plusieurs couples viennent consulter pour une différence de désir. Bien que les raisons de l’un et de l’autre soient légitimes, la façon dont les partenaires abordent le sujet cause parfois plus de dommages que de rapprochements amoureux. Insulter l’autre, le traiter de « pervers » ou « d’obsédé » parce qu’il demande un rapprochement est blessant et inutile. L’idée n’est pas non plus qu’il faille répondre aux demandes de l’autre sans y prendre plaisir mais de trouver un terrain d’entente qui vous conviendra à vous deux.  Culturellement parlant, l’homme est sujet de désir et la femme objet de désir. Toutefois, les temps ont changé, si auparavant la bonne épouse devait s’accommoder des demandes du partenaire, aujourd’hui ces deux positions ne sont plus réservées à l’un ou à l’autre. Messieurs, que faites vous pour être désirable, pour susciter l’envie chez l’autre? Mesdames, attendez vous que votre partenaire vous sollicite ou vous prenez les devants à l’occasion? L’important ici c’est de vous permettre de la souplesse en jouant sur les deux positions. Il arrive trop fréquemment que les partenaires se prennent pour acquis et les moments de sexe sont devenus tellement prévisibles que l’intérêt s’effrite. Pratiquez vous à changer de rôle, prenez le contrôle ou laissez vous faire un peu mais surtout, parlez-vous, nommez ce que vous aimez et faites vous plaisir!

La bouderie: Ne rien dire et « faire payer » l’autre par de l’indifférence, de la froideur ou des regards assassins ne saurait transmettre efficacement la « leçon » que vous tentez de lui infliger. La majorité des humains ne sont pas télépathes.  Il vaut mieux prendre la chance de dire ce que l’on a à dire plutôt que de laisser l’autre imaginer le pire. Si vous êtes trop en colère pour discuter et aborder le problème, prenez le temps de mettre toutes vos récriminations sur papier et choisissez quels sont les éléments à discuter, préparez-vous à ne pas accuser et surtout allez-y tout les deux dans une perspective de résolution de problèmes.

Le sarcasme: Le sarcasme est un trait mordant d’ironie et de raillerie cruelle. « Il se rapproche de l’humour noir, mais est plus acerbe là où l’humour noir cherche plutôt à faire rire. Le sarcasme n’est pas toujours considéré comme une forme d’humour. » 1  Il y a toujours un brin de méchanceté dans le sarcasme et rares sont les relations qui perdurent  dans cette attitude. Le sarcasme remet en doute la pertinence de faire confiance à l’autre et au lieu de susciter l’envie, il est un vrai tue-amour. Si vous persévérez dans cette attitude, vous nuisez grandement au succès de votre relation.

Internet, Porno et statu-quo : De nos jours, il est très facile pour quiconque possédant un ordinateur ou un téléphone intelligent d’avoir accès à des sites de rencontres en ligne, à de la pornographie et à une foule de sites tous plus intéressants les uns que les autres.  Dans les couples où la communication est vacillante et qu’un des partenaire ne se sent pas reconnu et valorisé à la maison, Internet offre la possibilité de s’évader de son quotidien sans devoir faire face à ses insatisfactions conjugales. Malheureusement, de nombreuses personnes prennent ce raccourci et au lieu de se rapprocher, le fossé continue à se creuser. Il faut être vigilants face à ce nouveau medium, si Internet, les tchats coquins ou le porno deviennent votre principale façon de vous valoriser, de vous détendre ou de sortir de votre monotonie conjugale , vous ne mettez peut-être pas votre énergie au bon endroit. Donnez-vous des règles, fermez les ordinateurs, rangez les téléphones et investissez dans le réel.

Procrastiner: Plusieurs couples qui vivent ensemble depuis un certain temps ont souvent eu des discussions où ils ont parlé de solutions pour être mieux ensemble: prendre un abonnement au théâtre; s’inscrire au gym; aller au cinéma, prendre une fin de semaine en amoureux de temps en temps mais finalement, il ne s’est rien passé. Quelques années plus tard, ils en ont reparlés mais encore là, toujours rien…Les couples parents sont souvent orientés familles et ils s’oublient dans le processus. Cessez de remettre à plus tard ces activités qui vous feraient du bien et passez à l’action! Le meilleur exemple que les parents peuvent donner à leur enfant c’est d’être un couple amoureux et heureux d’être ensemble.

On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions, on pourrait dire la même chose de l’amour. Dans votre couple, ne comptez pas seulement sur la chance et faites attention aux croyances magiques que vous entretenez. La vision ultra-romantique de l’amour nous fait croire qu’un couple heureux ne se chicane jamais alors que dans la réalité,  les couples heureux se chicanent aussi mais lorsqu’ils le font, ils ne s’entre-déchirent pas.

L’amour et le désir sexuel s’entretiennent de multiples petits riens qui alimentent l’envie de l’autre et enrichissent la vie des deux partenaires.

Bon succès les amoureux!

Mériza Joly
Sexologue clinicienne
Longueuil

éléphant roselunette

Publicités
juillet 15, 2013

Intimité: Aborder ses insatisfactions sexuelles en couple

par meriza joly

Cet article est le premier d’une série qui concerne les sujets difficiles à aborder en couple. En effet, il y a certains sujets plus ardus à discuter avec un partenaire sexuel et j’en décortiquerai quelques uns pour vous dans mes articles futurs. Si vous avez des suggestions  n’hésitez pas à me les proposer. Bonne lecture!

Les insatisfactions sexuelles

À moins d’être tombé sur un télépathe extra-lucide et doué, il arrive souvent lorsqu’on rencontre un nouveau partenaire, que l’on doive le guider un peu sur nos préférences sexuelles. Sans avoir un fétichisme rare ou des habitudes sexuelles particulières, si on veut jouir et que l’on connaît son corps, donner des pistes au nouveau partenaire peut éviter bien des frustration (les vôtres surtout).

Lorsqu’on ouvre son intimité sexuelle à une autre personne et que l’ont doit parler de ses insatisfactions sexuelles, c’est rarement facile. On se retrouve à un endroit où il y a peu de nuances et où on balance souvent entre:

  • La peur de se sentir incompétente /La peur de faire sentir l’autre inadéquat.
  • La peur de blesser l’autre dans son amour-propre
  • Craindre de passer pour une perverse / craindre d’avoir quelque chose qui cloche

Que l’on initie le sujet ou que l’autre le fasse, il faut faire preuve de maturité affective. On le dit maintenant depuis plusieurs décennies: la femme est responsable de son plaisir. Elle est responsable de nommer ce qui l’amène à l’orgasme. satis

Cette discussions fait partie de celles qu’on ne voudrait pas avoir à faire. On voudrait que tout soit facile, qu’on atteigne tout les deux l’orgasme sans trop de difficulté…

C’est possible mais parfois, ça ne se passe pas de cette façon . Si cette personne nous plaît et qu’on la fréquente plus sérieusement, il faudra aborder le sujet tôt ou tard avant que la frustration ne vous gagne.

Les préférences des unes ne font pas toujours le bonheur des autres…

Mêmes quand nos techniques ont bien fonctionné par le passé, ça ne veut pas dire que la formule sera toujours gagnante. Ne croyez pas que ce soit un signe d’incompétence ou d’incompatibilité sexuelle. Par exemple: Certaines femmes adorent se faire stimuler les mamelons très légèrement, d’autres aiment se les faire pincer et toutes deux sont heureuses et en santé.

ImageCourage….

Vous vous dites que vous avez déjà effleuré le sujet à plusieurs reprises et rien ne change. Vous ne savez plus quoi faire ou comment aborder le sujet et vous devenez de plus en plus frustrée?

Premièrement: Le meilleur moment pour avoir cette discussion n’est ni dans le lit ni durant les préliminaires ni juste après avoir eu une relation sexuelle insatisfaisante. Il faut choisir un endroit neutre et un moment où vous n’aurez aucune obligation qui vous empêchera de discuter aisément.

Deuxièmement: Vous devez vous préparer intellectuellement car vous ne ferez pas qu’effleurer le sujet:

  • Qu’est ce que vous aimeriez qu’il vous fasse?
  • Est-ce qu’il vous le fait? Souvent ou vous devez le redemander à chaque fois?
  • Combien de temps auriez vous besoin pour être satisfaite?
  • Est-ce que vous le sentez impatient et ça vous déconcentre?
  • Comment vous sentez-vous?

Suggestion #1: Si vous avez peur de dire des choses qui dépasseraient votre pensée, préparez vous par écrit. Dites ce que vous voulez dire, préparez des choix de réponses si craignez de devenir émotive ou confuse. Tâcher de ne pas blâmer et transformer cette discussion importante en conflit.

Troisièmement: Il est important de signaler à votre partenaire que cette discussion est importante pour vous et si elle est difficile à faire, dites le lui. N’oubliez pas d’énumérer ce qui vous plaît dans cette relation et pourquoi vous voulez que votre sexualité s’épanouisse ensemble.

Quatrièmement: Accordez vous du temps pour votre plaisir sexuel. Il ne faut pas qu’en parler mais avoir des gestes concrets pour arriver à votre satisfaction sexuelle.

Pour terminer: Observez vos réactions lorsque votre partenaire vous stimule sexuellement, est-ce que vous arrivez à accepter que l’autre s’occupe de vous? Est-ce que votre mental vous répète que vous ne jouissez pas assez vite? Que vous êtes égoïste?  Regardez si vous n’auriez pas un peu d’anxiété de performance.

Suggestion #2: Yeux ouverts ou yeux fermés?

Avoir les yeux ouverts lors d’une relation sexuelle nous amène avec l’autre dans le Nous. Avoir les yeux fermés nous ramène dans notre corps. Si votre mental parle trop, ouvrez les yeux et soyez avec l’autre. Si vous avez les yeux ouverts et que vous avez peu de sensations physiques, fermez les yeux un peu et concentrez vous sur votre corps…

Image

Pour ceux qui sont intéressés, l’article précédent pourrait vous donner des idées….:

« Sensualité: La Peau & Le Toucher« 

PS: le texte est écrit sous une forme hétérosexuelle F.H. mais la situation peut se présenter sous toutes les formes d’orientation sexuelle et les exercices sont adaptables à tout les genres.

(C) Mériza Joly

novembre 1, 2012

Sensualité: La Peau & Le Toucher

par meriza joly

Le toucher est indispensable à la survie des nouveaux-nés. De la naissance à la vieillesse, les humains se touchent pour se rassurer, s’encourager, se chamailler et s’aimer.

De l’effleurement à l’embrassade, le toucher nous permet de transmettre à l’autre toute la tendresse et l’envie qu’elle éveille en nous. Chez la personne qui reçoit, accueillir ce contact, encourager la multiplication des caresses et se laisser aller jusqu’à l’extase est un plaisir délectable.

L’art de l’amour se joue sur deux pôles qui éveillent des plaisirs distincts: contrôler-se laisser faire ou donner-recevoir. L’une ou l’autre des polarité participe à la danse des amants.

Du petit câlin aux ébats passionnés, la peau transmet à notre cerveau différentes sensations qui se manifestent par une respiration qui s’emballe,  des soupirs, des gémissements  et  des « Oh Oui! » qui encouragent l’autre à continuer. C’est ainsi que les amants mettent en place leur répertoire sensuel…

La théorie: La peau contient différents types de cellules nerveuses situées à des profondeurs variées de notre peau. Certaines sont sensibles à la température, à l’effleurement, à la pression, aux vibrations légères ou profondes, à l’étirement de la peau. D’autres nous renseignent sur notre position dans l’environnement.

De l’effleurement des lèvres dans le cou aux gifles des adeptes, différents touchers favorisent diverses sensations.

Effleurer: Avec ses lèvres, avec ses joues, avec la langue, avec ses mains. L’effleurement est souvent présents dans les préliminaires amoureux ou lorsqu’on commence à effleurer une partie du corps. Ainsi, les amants caressent les cuisses près de la vulve ou du pénis lorsqu’ils s’y arrivent au début d’une relation sexuelle. Lorsque le corps a été longuement caressé, les sensations reliées à l’effleurement deviennent moins sensibles et il faut passer à d’autres types de caresses. Toutefois, selon chaque personne, il faudra toujours être délicat autour des seins et des testicules.  Attention aux chatouillis, certains n’apprécient pas et ils peuvent éteindre les ardeurs.

Caresser: On caresse surtout avec ses mains, les bras peuvent servir à la prolonger et selon notre position, les jambes peuvent aussi y participer.

Palper: On palpe en serrant + ou – légèrement avec ses mains lorsqu’on veut ressentir l’autre. Évidemment, il faut de la chair et les zone qui s’y prêtent doivent être charnues:  les fesses, les épaules, les bras et si madame s’y plait, les seins.  Attention, palper n’est pas pincer.

Pétrir: Est un cran au dessus de palper. Lorsqu’on pétrit le corps de l’autre, on empoigne avec plus de vigueur la chair. Évidemment, les fesses se prêtent bien à cette caresse.

Frotter: On frotte avec les mains quand on veut se réchauffer.  On frotte l’autre avec son corps lorsqu’on veut se rapprocher. On frotte les parties moins sensibles du corps: jambes, dos, épaules, fesses mais aussi la vulve, le clitoris et l’anus. Se masturber c’est se frotter! Qu’on le fasse avec ses doigts, avec un objet ou avec son pénis, ces frottements plus ou moins prononcés donnent beaucoup de plaisir aux amants. Attention: les frottements comme les effleurements deviennent moins sensibles assez rapidement s’ils gardent la même intensité trop longtemps. Si vous frottez avec vos mains trop vigoureusement, vous provoquerez une sensation de brulure. Pour éviter  cette sensation plutôt désagréable,  utilisez un lubrifiant à base d’eau pour les organes génitaux, la caresse deviendra ainsi plus plaisante pour l’autre et plus facile à faire pour vous.

Pincer: Les pincements éveillent une sensation de douleur allant de légère à plus intense. Pincer les seins, en particuliers les mamelons peut provoquer beaucoup de plaisir et favoriser l’excitation sexuelle. Plusieurs femmes et hommes l’apprécient. C’est une sensation qui s’apprivoise et dire à l’autre qu’on aime est parfois intimidant pour les partenaires. Attention, si l’autre n’aime pas, il vaut mieux ne pas insister.

Grafigner: On grafigne avec ses ongles, parfois lors d’une excitation intense, les femmes (surtout) vont grafigner le dos ou les épaules du partenaire. Dans certaines civilisations, lorsqu’un homme était « amoché » après une nuit d’amour, c’était un bon signe. Il avait su éveiller les ardeurs de la dame. Attention, les amoureux peuvent aimer la sensation des ongles dans leur dos mais ceux qui aiment avoir des marques dans le dos sont plus rares.

Taper: Claquer une tape sur les fesses est une caresse qui peut surprendre à prime abords mais certains amants apprécient le geste lorsqu’il est fait au bon moment. De légères à cinglantes, l’important c’est d’y trouver ou non son plaisir.

Gifler: La gifle érotique est une pratique peu coutumière. Les amants, tour à tour se claque une gifle lors de la relation sexuelle. Il peut s’agir de petites gifles pour s’agacer ou de gifles franchement données. Attention: la mâchoire et le cou peuvent en souffrir.

Étirer: Tirer les cheveux, étirer les orifices, écarter les jambes provoquent des sensations de douleur-plaisir particulières.

Mordiller: On mordille en pinçant les lèvres ou doucement avec les dents. Différentes parties du corps s’y prêtent bien en autant que le geste demeure léger: les oreilles, les mamelons, le cou.  Certaines femmes peuvent apprécier la caresse des lèvres serrant leur clitoris mais sachez que rares sont celles qui apprécient se faire mordiller le clitoris avec les dents et les hommes n’apprécient guère non plus la sensation ni même la vue des dents sur leur phallus.  Mordre: on peut mordre plus franchement dans le cou, les épaules et chez certains les mamelons. La morsure érotique peut être excitante car elle provoque une douleur-plaisir qui s’éveille sourdement quand on la donne graduellement.

Lécher: On peut lécher le corps tout entier mais certaines parties telles: les oreilles, le cou, les seins, la vulve, les testicules, le pénis et l’anus sont vraiment dans le palmarès des régions corporelles les plus visitées. N’oubliez pas qu’une hygiène irréprochable favorisera l’envie d’explorer le corps avec sa langue mais, encore faut-il que les deux amants y prennent plaisir réciproquement.

Embrasser: Le baiser, premier geste qui nous rapproche de l’autre. Qu’on le donne sur la bouche ou sur le corps tout entier, il dit avec affection,  amour  et passion notre désir de l’autre. D’un peu qu’on entrouvre la bouche, la porte s’ouvre pour laisser place à l’autre en soi. Certains les aiment humides ou bien mouillés et d’autres les préfèrent secs. Complices des lèvres, la langue ouvre la danse aux plaisirs charnels des amants.  Attention: une halène trop prononcée peut repousser l’autre et si l’expérience se répète, les longs baisers langoureux louangés par les poètes disparaîtront de votre répertoire érotique.

Suçoter: Suçoter c’est aspirer légèrement la peau avec le bout des lèvres en léchant en même temps, l’objet de votre désir. Certaines parties du corps comme les mamelons, le cou, le clitoris, la vulve, les testicules et le gland du pénis sont sensibles à cette caresse. On suçote sans aller trop fort les mamelons sensibles, les testicules et le cou si on ne veut pas y laisser sa marque. Comme d’autres caresses, on ne peut s’y arrêter éternellement car le corps ne ressent plus la caresse après un certain temps. On suçote pour éveiller les sens, pour ensuite commencer à Sucer. Les parties du corps sensibles sont le cou, le clitoris et le pénis. Plusieurs adorent le geste mais comme nous sommes différents les uns des autres, il faut demander ou dire à l’autre comment on aime se faire sucer et on s’y attarde alors selon les préférences de l’autre. Attention, sucer peut provoquer un orgasme!

Serrer:  On serre sa main sur le pénis du partenaire avec plus ou moins d’intensité selon sa sensibilité. La zone la plus sensible du pénis est le gland. Les hommes qui ne sont pas circoncis peuvent aimer la sensation du prépuce calottant et décalottant le gland en serrant plus ou moins fort et en masturbant plus ou moins rapidement. Il ne faut pas hésiter à demander ou à dire à l’autre ses préférences. Cette caresse peut faire partie des préliminaires sexuels ou être reçue jusqu’à l’éjaculation selon le désir des amants. Pour les hommes circoncis, la technique est la même mais il ne faut pas tenter de faire remonter la peau ni trop bas ni trop loin. Puisque monsieur est circoncis, il peut être plus facile de le faire avec du lubrifiant . Pour la femme, des pressions appuyées sur les parois vaginales par des frottements provoquent des sensations de plaisir très agréables. Certaines femmes apprécient même l’effet de secousses plus rapides et plus fortes. Elles peuvent alors favoriser une lubrification abondante. Avec ces gestes, le célèbre « Point G » peut se faire connaître. Ces pressions érotiques vont éveiller des capteurs de plaisir situés dans la profondeur des tissus vaginaux humides.   On dit même que ce qui provoque l’orgasme vaginale chez la femme serait plus l’effet de la pression et de la vibration que provoquent les doigts, l’objet ou le pénis dans le vagin que l’effet de glissement du va-et-vient…La zone anale,  tant interne qu’externe est une zone très sensible à plusieurs égards: distanciation, vibration, pression, température et frottement. Que l’on choisisse la sodomie ou non,  sa stimulation peut favoriser de puissants orgasmes tant chez l’homme que chez la femme.

Pour terminer, sans l’aide d’aucun objet, on peut s’amuser beaucoup. Explorez le corps de l’autre et faites du vôtre l’autel de toutes les voluptés.  Gardez l’esprit ouvert et prêtez votre corps à la science …de l’amour!

Mériza Joly (C)

PS Je vous suggère d’utiliser un lubrifiant comestible, ils ne limitera pas vos jeux…

Mériza Joly (C)

septembre 24, 2012

Le désir sexuel

par meriza joly

Selon le site tasante.com, le désir sexuel c ’est la tendance consciente suscitée par un autre, une incitation aux relations et aux plaisirs amoureux et sexuels basée sur une capacité d ’imagination et de projection de réalisation d ’un plaisir sensuel.

Comment se construit le désir:

Le désir sexuel peut s ’éveiller spontanément ou avec un peu d ’aide et ce de plusieurs façon:

Spontanément lorsqu ’un évènement, un mot ou même un chanson nous remémore le souvenir d ’un moment délectable.
Parfois, de façon inattendue et étonnante: le regard croisé d ’une inconnue, le frôlement du partenaire, un certain éclairage, le tonnerre qui gronde, la pluie qui tombe…

  • En s ’imaginant l ’effet qu ’on pourrait provoquer chez l ’autre;
  • En imaginant faire l ’amour en parlant avec quelqu ’un;
  • En voyant quelqu ’un ou quelque chose qui nous rappelle au désir;
  • Lorsqu ’on s ’apprête à rencontrer son amoureuse ou son amoureux et qu ’on se projette dans une relation sexuelle.
  • Lorsqu ’on passe un bon moment avec quelqu ’un et qu ’on a envie, tous les deux, de se rapprocher plus intimement.

Le désir sexuel s ’éveille qu ’on soit seul ou avec quelqu ’un et l ’imagination joue une part importante sur celui-ci. Le désir se ravive lorsqu ’on se prépare positivement à la rencontre…

Un script sexuel c ’est un scénario qu ’on imagine lorsqu ’on anticipe une rencontre érotique. Le script sexuel nourrit le désir et il est très utile pour se mettre dans une ambiance propice aux relations sexuelles. L ’histoire qu ’on s ’invente peut être un fantasme sexuel c ’est à dire un scénario précis d ’une rencontre érotique ou tout simplement une rêverie où on s ’imagine titiller l ’amoureux, l’agacer, le surprendre ou oser lui suggérer une nouvelle pratique érotique. Le corps et l ’esprit participent à alimenter le désir sexuel.

Plusieurs revues et magazines présentent quotidiennement des articles pour éveiller la libido du couple mais très peu mettent l ’emphase sur la partie personnelle du désir. En effet, bien que les partenaires participent ensemble à le nourrir, une grande partie de celui-ci se vit à l ’intérieur de soi.

Se mettre en appétit :

Il y a plusieurs façons de se mettre dans l ’ambiance pour une rencontre érotique. Ce qui allume chacun de nous n ’est pas universel. Bien que la publicité nous offre un modèle du désirable et du sexy, il serait fou de croire qu ’il représente la majorité d ’entre nous.

Le constat malheureux est que plusieurs femmes perdent le goût de l ’étreinte car elles ne se reconnaissent pas dans les modèles présentés. La fraîcheur de la jeunesse, les logiciels qui effacent toutes traces de passage du temps, les modèles de super femmes en affaires comme dans le lit inondent notre imaginaire et sapent notre confiance érotique.

Les modèles de la femme désirable ne vous représentent pas? Qu ’à cela ne tienne!

Le désir sexuel se construit et s ’alimente de petits changements audacieux. Je ne parle pas de transformations extrêmes.  Pour plusieurs femmes, certains commentaires qui datent parfois de plusieurs années ont eu un effet dévastateur sur leur confiance en leur féminité. Oser porter une robe, oser porter un léger décolleté, essayer une nouvelle coupe de cheveux…Osez essayer quelque chose qui vous tente depuis longtemps et dites-vous bien que ces petits changements même s ’ils ne sont pas flamboyants pour certains sont des petites victoires pour vous.

Pour plusieurs femmes, l ’acharnement médiatique à nous définir anesthésie, à la longue, notre libido. Puisqu ’il est quasi-impossible de répondre aux diktats imposés, nous nous définissons par la négative: « je ne suis pas comme elles », « je ne suis pas comme ça ». Ultimement, je ne suis pas désirable…

Soyez rebelles, faites taire les vieux fantômes et choisissez ce qui vous allume, ce qui vous rend désirable à vos yeux avant tout!

Mériza

décembre 29, 2011

Qui fréquente les sites de rencontres en ligne? 2e partie

par meriza joly

C’est en 1995 que le premier site de rencontre en ligne a vu le jour. Bien que l’arrivée des sites a été accueillie avec un certain scepticisme,  il existe maintenant des centaines de sites de rencontre et ces derniers ciblent des clientèles  spécifiques: rencontre entre sportifs; rencontres pour les amateurs de plein air; pour les gays; les professionnels; les 50 ans et plus. Il y en a pour tout les goûts et pour toutes les catégories de personnes.

Un tel rassemblent de personnes ne passent pas inaperçus pour les chercheurs et anthropologues.  Mis à part le Qui? Quand? Comment ? Où? Combien? avec Qui?, les chercheurs tentent de comprendre les motivations des gens et jusqu’à quel point leur présentation reflète la vérité.  Si auparavant on ne considérait pas les rencontres en ligne comme du réel, les rencontres qui commencent dans le virtuel font maintenant vraiment partie de la vraie vie et ce phénomène ira en augmentant. Entre 2007 et 2009, aux États-Unis, 21% des couples hétéros et 61% des couples de même sexe se sont rencontrés en ligne. Sur une plus grande échelle, on dit que maintenant, 1/9 couples s’est formé par le biais de l’Internet. Avis aux intéressés…..

Pai-Lu Wu du  Cheng Shiu University et Wen-Bin Chiou du National Sun Yat-Sen University de Taiwan ont découvert que plus le nombre de prospect est élevé lorsque les gens font une recherche sur les sites de rencontres, moins ils font attention au choix de partenaires.  Selon Chiou, un nombre élevé de prospect possible est une lame à deux tranchants. Les gens veulent une plus grande quantité de choix parmi lesquels choisir mais devant ce nombre, ils deviennent sur stimulés et ils ne voient plus le meilleur choix de partenaire.

Selon une autre recherche publiée en 2008 dans le Journal of Interactive Marketing, les membres des sites de rencontre vont passer en moyenne 12 heures de présence sur les sites par semaine à visualiser des fiches, envoyer des demandes de contacts, etc. pour avoir moins de 2 heures de rencontres en réel. Beaucoup de temps est utilisé à la recherche de partenaire versus l’évaluation des partenaires rencontrés. Lorsqu’ils font une rencontre, la personne est évaluée superficiellement au détriment d’une évaluation où la réussite dans la formation d’un couple serait réellement estimée. Aussi, lorsque les possibilités de contacts sont élevées, les chercheurs d’amour ont tendance à augmenter leurs attentes de manières irréalistes et de ce fait, rechercher Monsieur ou Madame Parfaite, un-e partenaire qui n’existe que dans leur imagination.

Vérité ou mensonge?

Selon l’approche systémique en sexothérapie, une des variables qu’on observe est ce qu’on nomme le soi de vitrine. Le soi de vitrine c’est ce qu’on veut bien montrer aux autres. Il est entendu que selon les circonstances, stratégiquement parlant, on fera voir aux certains aspects plus beaux de notre personne et on en cachera d’autres . Les rencontres sur Internet sont semblable et compte tenu du fait que la compétition en ligne est très  forte, les gens cherchent à se démarquer positivement.

Selon l’étude de Leah Lucid dans le Wesleyan Journal of Psychology:  Representing the Self in Online Dating, les mensonges sont pour la plupart bénins et ils sont souvent fait pour éviter les contraintes des moteurs de recherche.

81% des gens mentent sur leur grandeur, leur poids et/ou leur âge. Les mensonges ne sont pas trop gros car les gens souhaitent se rencontrer éventuellement. Ces mensonges sont en quelques sortes, une forme d’embellissement de la vérité. On créera un profil où il est question d’une activité ou d’un sport qu’on pratique pour vrai déjà, d’un sport ou d’une activé pratiquée auparavant qu’on voudrait reprendre ou même une activité qu’on aimerait commencer. J’ai même lu qu’une personne aurait indiqué 15kg en moins et que ce mensonge lui aurait permis de se motiver à le perdre.  Bien que plusieurs souhaiteraient que les gens décrivent leur «vraie-soi», ils vont se décrire eux-même en «soi-idéal».

Toutefois, lorsque le mensonge est trop gros, ça ne passe pas bien. Les déceptions les plus grandes proviennent des fausses photos, des gens mariés qui ne l’avaient pas mentionnés;  des gens qui se font passer pour une personne de l’autre sexe.  L’anonymat des sites de rencontre permet aussi à certains individus aux intentions malicieuses de se jouer des gens. Un minimum de prudence est toujours à conseiller. Lorsque vous êtes embêté devant des échanges sur le Net, ne gardez pas vos questionnements secrets, de nombreuses personnes se font arnaquer financièrement. Restez vigilants lorsqu’il est question d’envoyer de l’argent ou des informations bancaires. La solitude et le besoin d’amour humains est parfois exploité par des individus sans scrupule. Si vous êtes trop mal à l’aise de parler à votre famille ou à vos amis,  n’hésitez pas à consulter.

Plus le temps avance et plus les rencontres en  ligne deviendront la norme.  Le prochain volet sur les rencontres en ligne portera sur la Netiquette, les bonnes manières à adopter en ligne.  À bientôt!

Mériza

PS Vos commentaires, questions et suggestions sont bienvenus.

Étiquettes :
%d blogueurs aiment cette page :