L’hypersexualité féminine ou la nymphomanie

par meriza joly

Le 21 octobre 2011, un article dans Cyberpresse signé Silvia Galipeau me fait un peu réagir. Femmes avides de porno. Je me révolte  parce que je réalise que les femmes hypersexuelles sont invisibles. Ça me trouble parce qu’elles ne demandent pas d’aide. Et toujours selon l’article, elles seraient très mais très rares….

Tabou, honte et jugement sont le lot des hypersexuelles. Si les hommes peuvent jouer longtemps dans le sexe extrême,  les femmes ont très peu de gestes à poser pour être qualifiées de femmes faciles, putains ou sal…..

L’hypersexualité féminine est un sujet qui me fascine. Tout d’abord,  voici un article que j’ai écrit en 2008 pour la revue L’intervenant de L’AITQ,  l’Association des Intervenants en Toxicomanie du Québec.  Soyez aux aguets, je reviendrai vous parler de l’hypersexualité féminine sous différents angles.

La nymphomane L’intervenant volume 24 janvier 2008

Amusez vous  bien et n’hésitez pas à m’écrire un petit mot.

Mériza

 

Publicités
Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :